I

You removed from your life this man who knew not what he had done. He tried to capture an ounce of wisdom with his bare hands and he had failed lamentably in front of your blue gazing eyes. He feels sorry for his own pain and yours. “It’s been a rough week” you said, and oh how I had wished he could have been by your side. He owes you books and bits of wisdom that you had picked from your own tree, then placed lovingly in his hair and between his fingers. After all he is a man not so simple who, day by day, becomes more remorseful over what he is offered by this life and yourself: a delightful past much too gone.

II

The tongue is so useless when you think it would be of no use if we ran into each other on the street. Words were tremendously meaningful when we first acknowledged each other. Once you forgot my name and turned your ears away from my sounds, I could not help but become a blank book whose last remaining bit of hope is enacted by blindly asking to be read one more time.

The Popular Illness – So many men knocked on my door moaning over the pains they used to have. “I was ill, one of them said, I remember it very well! O how sick I used to be! Sick of this and that, of everything and nothing! Have I been struck by life’s ordinariness? It doesn’t matter, for I was ill and I remember it.” Today still, I cannot help but watch humanity soak itself into the sufferings long gone and the pains that it has yet to discover. Here I am, living in the Occidental world, the land on which one needs to suffer in order to exist. My blood boils when the words “rights” and “progress” get echoed from the young blokes’ lips. These are no more of a cure, but a new way of celebrating each and every symptom of the next societal plague instead. Rather than being doctors, the philosophers have become mere paramedics of morality. All around me, my brethren and my peers have replaced the words with groans and screams. Agonizing does not emerge from human nature anymore. It is instantaneously created as soon as a glimpse of guilt appears on each and every street corner. And when this scourge, tortured itself by the screams of its victims, begins to vanish from the surface of the Earth, no one else is pained by its disappearance. One may believe that happiness and peace only come back on Mankind’s doorstep in silence, despite our voices so loud and powerful.

About The Supremacy of Love – What are the oppressors doing to the dearest ideas of ours? They hammer these marble blocs, strive themselves like vultures toward the modern values, all of which will go down sooner or later in the history books. We ended here, in the middle of these utopic constructions subdued by a foolproof fear, with no kiss to alleviate ourselves and no words to hear each other. I feel you feverish and shaking in front of these newly improvised martyrs who scream at the top of their lungs, all of this despite your beaming look and gleeful stance. The sky sprinkled with grey clouds oversees the dancing of my eyes all over your hands, your face, and your smile so young, yet bleeding from the surreal atrocities of the world. “Absurd” is the word you slipped into my ear as you echoed your disgust in front of this sadistic delirium. So I remove myself from the sternness of this place and I grab my cynical coat hoping it would save you from your humanitarian revulsion and welcome you inside my arms, and among my fictional comfort. Hand in hand, we dodge the seriousness of every face and the astonishment of these living corpses in order to run away on this road made of clay towards this marble column – the only one that keeps resisting against the gunshots, hammers, and sickles. Each body’s love betrays the ideals of the world and reminds us the uselessness of each and every kind of belief. We are both stricken by deadly philosophical bullets as well as by traumatic and distanced dreads. Even though you think differently than me, I love you, and I couldn’t say why.

“Tell me, O wisest Bear of them all,
Hast thou found back the honey that was lost at once?
Did the yellow-stripped creatures crown you
With a better offering from this forest?”

And the hairy beast answered:

“None of this is what reconciliates me with the seasons.
I may dream of Australian lands and hide from the coldest winds,
But truth is, I simply took hold of my eyes,
And came back on the paved road where I left it.

I once met a magician of the soul,
Who could make virtues appear in her eyes,
Like dancing sea waves.

She would smile at the rain,
And have a laugh when in vain,
Nature does once too much pain.

She then left my world as she entered it,
In a profound silence between the flicking of books
and the scratching of pens on pages.

Never had I recovered from this devastating loss,
Until she reappeared before me,
With the cure to my dystopian dreams.

I look at the trees today and thank them,
For the shadows they provided me,
When I was blinded by her tricks and charms.

I walk on this earth today,
Knowing fate’s absurd being,
Is no more than a mere child’s play.

Quand, d’un pas ferme celui-ci danse,
Que d’une pointe à l’autre il s’élance,
Qu’un pied frétille sur le rebond,
Puis le second s’éffondre sur le même ton.

Que d’une grâce quelconque ses bras prennent vie,
S’entremêlent sous des joies infinies,
Et se séparent sans encombre maudite,
Et se rassemblent sans raison ni réplique.

Le voici qui de ses mains charme les saintes,
Celles qui contre tous défont les plaintes,
Celles qui à leur tour le séduisent bien,
Le revoici dansant sur son dessein.

I

Seules les âmes tourmentées par leur attirance vers d’autres semblables sont en mesure d’accéder à son essence et de la définir. Elles sont, au grand regret de celles qui ne connaissent pas la volonté d’aimer, trop subjuguées par leurs souffrances et leurs joies divines au point qu’elles ne peuvent saisir avec les mots des dialectes les plus lointains les contours et les couleurs de cette attraction mystique. Elles éprouvent, voilà tout. À la vue d’un corps inexplicablement désiré, elles éprouvent cette chose située entre le désir et le sentiment. Elles décontemplent. Un corps amoureux défait sa perception du monde pour la reconstruire ensuite avec comme rose-des-vents son homologue sentimental. « Aimer », c’est ainsi que les hommes l’appellent, est plus qu’une destruction d’une admiration modeste envers le monde. Il s’agit du décès de la capacité de l’un à saisir la réalité qui lui est extérieure, secondé par la naissance instantanée d’une tentative d’y pénétrer. C’est à ce moment précis que réside cette chose que les poètes frôlent chaque fois qu’ils tentent de décrypter ces émois aussi épiques que spirituels. Une âme dite « amoureuse » est une tentative de pénétration dans le plus grand cru de la nature. Un désir de donner, une fraction d’envie. Ce ne sont que les diverses métamorphoses d’un mouvement sensationnel en direction du tableau naturel. Or le vrai délire mystérieux, c’est-à-dire ce qui motive les êtres à s’unir et provoque en eux des éloges philosophiquement vertigineuses sur cette habileté qui leur ait donnée n’est pas cette tentation de transcendance elle-même, mais, bien au contraire, la volonté insatiable de savoir si elle s’achève ou non.

Rares sont ceux qui décontemplent en toute liberté sans le souci d’être abîmés par ce réel dont ils ont essayé d’innombrables fois d’en faire partie. Ils vivent et sont horriblement épris par leurs atroces douleurs lorsqu’ils ne peuvent transcender ce dôme qui les distance de ce qu’ils ont si souvent glorifié sans laisser place à la moindre exténuation. Jadis ils contemplaient comme aucune autre créature n’en était capable. Leur maîtrise de leur étonnement envers la faune et la flore se tenait sur le pic de la perfection. Ils regorgeaient de la plus intense série d’émotions, réagissaient avec grâce et sublimité aux manifestations de ce décor botanique alors même qu’il n’aurait pu ne pas se présenter sous leurs arcs sensoriels. Puis un jour, pendant qu’un soleil s’immisçait sous les cieux, ils mirent fin à leur étonnement philosophique, et surmontèrent la sagesse du visiteur. Ensemble, ils commencèrent à embrasser les sujets de leur contemplation et se mirent à danser sous le ciel qui semblait laisser paraître lui aussi l’ombre d’un sentiment. Ils trouvèrent en eux une passion que seuls les poètes dotés de la sensibilité la plus aigüe peuvent en palper la forme sans jamais en percevoir le fond. Ce sont des êtres qui ont cessé de contempler le monde pour aimer et vivre parmi ce qui est afin de devenir à leur tour eux-mêmes contemplés. C’est ainsi que dans toute rencontre futile au cours de laquelle deux corps se choquent, deux âmes se touchent, ou que deux mains s’enlacent, que « vivre » devient « aimer ». [que la pendule humaine transite de « vivre » à « aimer ».]

« Il est si imprudent d’escalader les massifs du cœur que seuls certains sages peuvent prétendre en connaître les environs. Les initiés se perdent trop souvent et tous sans exception finissent un jour ou l’autre par aboutir aux mêmes sanctions morales. La métaphysique de l’esprit est une médecine dangereuse pour son investigateur. Heureux est celui qui contre toute attente arrive à ressortir de ces tunnels sombres sans issues avec dans sa main celle de sa nouvelle compagne et dans l’autre la compréhension absolue de ce phénomène passionnel.

II

La sagesse du visiteur – Entre dans ces lieux qui ne te connaissent pas encore. Laisse-toi porter par leurs enchantements muraux. Il réside en ton sein une satisfaction béate de ne pas prendre contact avec ces nouveaux espaces. Tel un visiteur qui passe devant une sculpture saisissante, tu n’y touches point sachant que son éclat est déjà parfait tel qu’il est. Ainsi va le sage visiteur dont le regard encombre les sujets beaucoup plus que ses propres mains.

http://www.touchofart.eu/galeria/Marlena_Lozinska/Country_landscape_mlo13-v.jpg

De la résurrection sentimentale. – N’y a-t-il rien de plus honorable que la célébration entre frères d’un cœur revenant en-deçà des hautes cimes de son effondrement sentimental ? Ne fut-il autrefois que l’emblème d’un cadavre esseulé profondément sous la terre des festivités émotionnelles, il est dès sa nouvelle consécration un graal vénéré par un seul homme nul autre que le sien. Oui, mes très chers frères, je vous l’annonce par-delà les plus verdoyantes collines de la région de Cracovie : l’Amour est une festivité des corps enfouis sous leur nature si décisive ! Combien de fois n’avez-vous pas été contemplatifs à la vue d’une beauté féminine et de vous dire « C’est ainsi ! Comme je suis épris de cette exquise nature si gracieuse dans ces endroits aux décors fatidiques! » Chaque coup de foudre est un banquet dionysiaque, toute poésie une allégorie à ses breuvages.

Je viens vers vous en ce jour si chaud pour vous faire écouter les nouveaux battements de mon muscle chétif. L’asthénie s’en est retirée, pendant que peu à peu la senteur des terres de Provence s’immisce sous ces lieux de culte de nos émois tragiques. Voyez autour de vous descendre des arbres l’abondance issue de l’éther! Du vin! Des demoiselles et des rires ! Sous vos pieds encore trop ancrés au sol demandent des mazurkas à résonner de Gdansk à Varsovie avec l’élégance de vos bras et la splendeur joyeuse de vos visages. Tandis que Novalis se couche sous la noirceur de la nuit mystique dans un désir de mort romantique, je lève ma coupe et mes mains vers la magnificence presque palpable de celle qui a su raviver en mon sein la légèreté du temps. Que d’un court saisissement du bleuté de ses yeux il ne suffit pour savoir qu’elle existe! Que d’une longue parole il nous faut pour devenir à la fois enivré et adouci par le ton vif de sa voix. Zuzanna me quitte, et mon ambition renaît; Zuzanna me quitte, et je redeviens l’une des moitiés d’Aristophane.

Vénérables compagnons, levez vos verres en ma compagnie, car il m’importe peu de savoir réfractaire ma délicate égérie à la réciprocité de nos échanges tant je suis épris d’un désir à nouveau insoutenable de renouer avec femmes, enfants, et les sages de notre pays. Celle qui fût autrefois l’incarnation brute de mes désirs impossibles à assouvir n’est plus qu’un énième idéal véridique, et gare aux vérités! Soient-elles l’ombre qui surplombe nos tentations dites « dérisoires ».

Mes chers amis, emparez-vous de ce festin infini ! Échangez vos somptueux alcools et festoyez avec les jolies dames ! Ne portez pas attention à mon humeur, je danserai jusqu’à l’aube de ma prochaine idylle romantique.

De la notion d’équilibre – N’as-tu jamais éprouvé au grand dam de ta conscience un étourdissement? Sentir graduellement sur ton nez une confusion bien lourde qui te laisse anéanti devant le monde. Il se jette soudainement dans tes yeux une mystérieuse incompréhension du présent, de tes alentours, voire de la vie elle-même. Ce bouleversement injustifié se conclut toujours par une inquiétude foudroyante. «Enfin! Qu’est-ce que tout ceci? Que se passe-t-il? Tout cela m’échappe!» Cette désinhibition mélancolique ne se termine que par son oubli. Comme si tu avais reculé d’un pas en dehors du cadre de ta vie, que d’un effort inconscient tu tournas la tête en direction opposée du théâtre pour tenter de saisir cette chose qui le regarde tel un arbitre, il ne suffit que d’une distraction venue du tableau pour retomber dans le feu de son action et te remettre à vivre en échappant dans tes souvenirs cet instant intime de déséquilibre. Moi aussi, j’ai souffert de ces ressentiments d’absurde. Il m’est arrivé de me surprendre à confondre les dalles de la cité pour un grand abîme duquel provenaient les causes de mon corps et de tout ce qui s’en suit. Puis ce n’est que d’un coup sec que la matérialité de la nature me rappelle à l’ordre. Je redeviens sans hésitation un funambule sur sa corde et je retrouve dans le vide mes pieds sur celle-ci. Sans une hécatombe ni aucune crise dépressive, je retrouve le chemin qui me mène à contempler le monde loin de mes égarements philosophiques.

http://www.lorgane.ca/pdf/lorgane_04_vertige.pdf

Continuer la lecture »

Sur les planches – Les yeux s’ouvrent, puis remplissent la salle d’une lueur poignante apportant en son sein un bonheur. La bouche s’incline pour faire place à des lèvres altérant un mouvement de va-et-vient vertical majestueux accompagné de gesticulations gracieuses des autres membres. Je me tiens là, de marbre, sur une scène criblée de craquements venant des planches vieillies par le temps invisible. J’inspire, puis je me mets à déclamer un texte supposément provenu de mon cœur. Ma langue tremble au travers des mots d’ordre, des élans de révolution et des phrases somptueuses sur les demoiselles du premier rang. Geste après geste, je traverse d’un bout à l’autre la scène sous l’allure d’un Don Quichotte d’un soir. Du jardin jusqu’au côté cour, je deviens ce que je n’ai jamais été. Devant les rideaux et sous la surveillance accrue d’une centaine de visages pénétrés par ma présence, je perds toute notion d’identité. Ils savent qui je suis. Ils peuvent définir mon être alors même que je n’en ai pas les moyens. Un seul pas suffit pour détruire toute idée d’âme et de but. Puis une autre exclamation mimée de la main pour se perdre au milieu des joutes scéniques et s’oublier sous les décombres d’un écroulement existentiel. Mon corps est là, tandis que mon esprit devient subjugué par celui d’un autre. J’apprends à vivre en devenant cet autre. Je suis en réanimation métaphysique grâce à ses mots dont je m’approprie la spontanéité. Je me rassois ensuite sur le bord du présentoir tel un vieux sage exerçant le dernier souffle de sa jeunesse. J’attends. J’attends les âmes qui chavirent sur leurs sièges au fond du théâtre. J’attends que jaillisse d’elles une pluie d’émotions inondant les unes après les autres le silence des acteurs entre les moments détonateurs. Ce n’est qu’à la toute fin de la soirée que je redeviens moi-même. Mon épuisement physique me rend enjoué par le réel. Le temps présent ralenti et soudainement je perçois beaucoup mieux cet autre théâtre dans lequel je suis constamment en activité. Il ne m’aura fallu que quelques heures passées à adopter une vie vraisemblablement fictive pour retrouver une certaine adoration pour la mienne. Acter n’est nulle autre que l’action de jouir de son corps ainsi que de la polyvalence de son esprit.

De la suprématie de l’Amour – Que font les assaillants de nos idées précieuses ? Ils martèlent ces blocs de marbre, s’acharnent tels des vautours sur les valeurs actuelles qui tôt ou tard descendront dans nos livres d’histoire. Nous nous trouvons là, au beau milieu de ces constructions utopiques subjuguées à la peur infaillible, sans baisers pour nous apaiser et sans mots pour nous écouter. Je te sens fébrile devant les cris de ces nouveaux martyrs improvisés, malgré ton apparence radieuse et ton allure enjouée. Le ciel parsemé de nuages grisés surplombe le ballet de mes yeux sur tes mains, ton visage, et ton sourire à la fois jeune et ensanglanté par les atrocités irréalistes de ce monde. « Absurde » est le mot que tu m’as glissé dans l’oreille au passage de ton outrance envers ce délire sadique. Alors je m’éloigne de la sévérité du monde: j’enfile mon manteau de cynique dans l’espoir de te sauver du dégoût humanitaire et de t’accueillir dans mon réconfort fictif. Main dans la main, nous esquivons le sérieux des visages et la sidération de ces corps animés pour nous enfuir sur ce chemin en terre battue vers cette colonne de marbre qui résiste toujours sous les coups de fusils, de marteaux, et de faucilles. L’amour des corps trahit les idéaux de ce monde et nous rappelle l’inutilité de la pensée et des croyances en tout genre. Nous sommes tous les deux accablés tant par des balles philosophiques meurtrières que par des craintes douloureuses et lointaines. Bien que tu penses différemment de moi, je t’aime, et je ne saurais m’expliquer pourquoi.

Je suis licencié. Ils m’ont mis au placard ce matin comme un vulgaire balai que l’on a tardé à remplacer après vingt ans à ramasser la poussière crasseuse et la vermine hideuse des bas-fonds du chantier. Je n’ai à peine de quoi tenir une semaine pour manger et il me fallait déjà chercher un endroit où dormir pour le mois prochain. Sans femme et sans enfants, j’erre çà et là dans les rues de ma capitale tout en prenant un plaisir enfantin à contempler les vitrines des magasins raffinés lorsque je ne suis pas à mon poste d’ouvrier. Je n’ai pas la vie de château, et pourtant mon cœur s’illumine chaque fois que je prends le métro. J’observe patiemment les costards-cravate entremêlés avec des robes à fleurs et des jupes surplombant des bas de nylon. Les humeurs passent sous mes yeux sans que je ne puisse les questionner sur leur provenance. Il y a l’heureux, le penseur, le triste et le défectueux. Tous possèdent ce que je n’ai pas : une femme, un ami sobre et enthousiaste, une apparence irréprochable ou bien une richesse matérielle injuste à la mienne.

Je sombre devant les milliers de tristesses et de joies qui inondent un monde chamboulé de part et d’autre, et pourtant je reste de marbre devant les cinq pièces de monnaie qui semblent s’enfoncer dans le creux de ma main. Je lève mes yeux vers les bâtiments, les automobiles et les ordinateurs. Je savoure intensément les images qui défilent sur les écrans à ma portée. Je contemple le monde. Je le goute de mes yeux et je m’émerveille devant ses réussites et ses pertes. Rien ne m’a jamais empêché d’être en extase devant la pose de la dernière pierre à l’édifice sur lequel j’ai travaillé. Tout m’exalte et rien ne me fige. Tout m’enivre et rien ne me suffit.

Je suis licencié. Ils m’ont mis au placard à huit heures ce matin comme un vulgaire balais que l’on a tardé à remplacer après vingt ans à ramasser les miettes de réussite et les cendres d’un présent révolu. Je n’ai à peine de quoi tenir quatre jours pour manger et il me fallait déjà chercher un toit où m’abriter de la pluie. Ce soir, j’irai dormir dans la grue avec laquelle j’ai posé la dernière pierre sur ce que j’aime considérer comme étant mon œuvre. Puis le lendemain matin, avant qu’ils me surprennent en train d’avoir un orgasme devant l’horizon qui dessine la perfectibilité de la ville, je sauterai sans quitter du regard les bas de nylon surmontés de mini-jupes charmantes qui m’accueilleront en bas.

N.L.

Le contemplateur

Nounours Lelion

I

Voilà donc le contemplateur que j’attendais :
Un homme fade,
Un personnage scellé par la beauté,
Enfermé dans l’admiration du monde.
C’est un homme doté d’une culture des émotions,
Il s’éternise dans la surprise,
Enivre l’idolâtrie sous la lune,
Et se révolte envers les choses qui n’atteignent pas son cœur.

Enfin, le contemplateur que je voulais!
Laissez-le s’extasier devant les monuments,
Permettez-lui d’observer vos vieux papiers qui dictent l’esprit,
Offrez-lui les livres de la nuit ainsi que ceux du jour,
Il lira avec attention ce que la bouche peut voir et ce dont les yeux peuvent [parler.

Soyez sans craintes, c’est le contemplateur que j’ai choisi, fidèle et attentionné [à votre égard.
Il est agréable comme l’opium et franc comme la foudre,
Il ne parle pas mais il entend,
Il ne mange pas mais il absorbe,
Il ne pense pas mais il juge,
Il ne tue pas, il encourage la vie.

Acceptez-le parmi vos dures et sombres pensées,
C’est un cadeau haut perché comme le ciel, c’est mon offrande.
Donnez-lui le nom que vous voulez, avec toutes lettres pour toutes langues.

Pour toutes les merveilles du monde, l’Homme a besoin de son contemplateur.

Continuer la lecture »